Photos, articles, vidéos… de la 35e édition de la légendaire Coupe de l'America

Actualité à la Hune

34e Coupe de l’America

Loïck et Bruno Peyron : «Les AC45, c'est encore ambiance Bisounours !»

A la tête d'Energy Team, Loïck et Bruno Peyron ont plus que jamais la tête tournée vers la prochaine Coupe de l'America… Mais pour l’heure, ils sont toujours à la recherche de l’indispensable financement.
  • Publié le : 17/10/2011 - 00:07

Les incertitudes des frères PeyronLoïck et Bruno Peyron (Energy Team) ont pris le bon train avec les AC 45. Ils se donnent jusqu"à février 2012 pour décider de lancer ou non en AC 72.Photo @ G.M Gilles Martin-Raget ACEAA la tête d'Energy Team, Loïck et Bruno Peyron ont plus que jamais la tête tournée vers la prochaine Coupe de l'America. Si Loïck, vainqueur de la Barcelona World Race avec Jean-Pierre Dick sur Virbac Paprec 3, va entamer un second tour du monde en moins d'un an – cette fois-ci à la barre du Maxi trimaran Banque Populaire V pour le Trophée Jules Verne –, Bruno a remisé son ciré et arpente les salles de réunion des grandes entreprises, à la recherche de l'indispensable financement. Les deux frangins ont fait le point au début du mois.

Qu'ils sont malins, les deux Peyron ! (Mais ça, il y a longtemps que nous le savons…) Il vous convient en compagnie de quelques confrères, au très huppé Yacht Club de France, avenue Foch à Paris, pour parler Coupe de l'America en toute simplicité. Ça a la couleur et le goût d'une conférence de presse… Mais c'est beaucoup plus informel. C'est plutôt le café du commerce (de luxe), où les Peyron distillent les informations avec leur habituelle façon de faire – qui confine bientôt à l’art –, qui consiste tout à la fois à faire passer des messages, charmer la presse, puis la sonder en toute complicité. Bref, on échange sous les lustres et les trophées, autour d'une grande table genre conseil des ministres.

Certains se prennent très au sérieux. D'autres noircissent un carnet ou préfèrent twitter. Et c'est sympa ! Outre les deux frangins tirés à quatre épingles et cravatés, il y a Philippe Court, le président du YCF – et le porteur du défi – qui raffole de ce genre de rendez-vous où il peut faire montre de toute sa science, et Gérard Petipas, son vice-président, plus en retrait mais toujours aussi influent.

"Casque lourd", pour de vraiLes AC 45, c"est casque obligatoire et look de jockey pour Loïck Peyron, ici à la barre aux côtés de son frère Bruno, Jean-Sébastien Ponce et Devan Le Bihan. Vu le nombre de chavirages déjà recensés, ce n"est pas une lubie des organisateurs !Photo @ G.M Gilles Martin-Raget ACEALoïck, qui doit être le marin qui a enregistré le plus grand nombre de milles au monde cette année, vient de disputer les deux premières régates lors des America’s Cup World Series, à Cascais puis Plymouth, à la barre de Team Energy. Il lance les hostilités, et harangue gentiment les journalistes – dont je suis ! – et qui n'ont pas encore été découvrir de visu cette petite révolution. «Venez voir ! Lorsqu'on a mis les pieds sur ces engins, vu les régates qui vont avec et les moyens mis en œuvre pour retransmettre une course de bateaux, cela devient évident qu’il y a un avant et un après !» Et le cadet des Peyron d'ajouter, tout excité : «C'est génial, c'est une vraie start up. On vit ensemble, on échange, on va voir ce que font les autres, on compare nos réglages. Aujourd'hui, c'est encore ambiance Bisounours… Même si les gros (Oracle et Team New Zealand, ndr) veulent rester devant ! Je vous assure, il faut y être. You Tube, c'est bien. Mais en vrai, c'est encore mieux !»

C'est un fait que ce circuit fait une rare unanimité et filme les régates comme on ne les a jamais vues auparavant. Même si pour le moment, les chaînes françaises n'ont pas vraiment accroché. Faut dire que la France préfère l'aventure – le Rhum et le Vendée Globe – à ces duels de milliardaires… Du reste, après la guerre juridico-sportive entre Oracle et Alinghi – qui a accouché de deux régates bâclées à Valence, ce nouveau format est autrement plus convivial… Sauf qu’on n’est encore qu’à 18 mois de la Coupe !

Et Loïck d'en remettre une couche, non sans lancer quelques gentilles petites piques. «Larry Ellison (le patron d'Oracle et cinquième fortune du monde, ndr) investit pour le moment sans compter. Il finance tout et met le paquet ! C'est un surprenant mélange de bons sens, où l’on se sent écoutés, et c'est plus constructif qu'il y a dix ans avec les 60 pieds ORMA. Tout le monde s'entend. Ce n'est pas comme en MOD 70 où ils ne sont que trois pour le moment, mais n'arrivent pas à se mettre d'accord…» A l'écouter, la Coupe de l'America nouvelle version semble très bien engagée et on le croit volontiers ! Car c’est l'un des plus beaux palmarès de la voile océanique qui s’exprime et il sait de quoi il parle. C'est l'œil malicieux qu'il raconte que «les régates commencent casqués sous la grue, avec un cata ailé qui ne demande qu'à s'envoler à la première risée.»

Les deux frères sont aussi très à l'aise quand il s'agit de chambrer, sans avoir besoin de leçon lorsqu’il s’agit de faire de l'autodérision. Loïck fait un bref bilan des deux premières régates : Energy Team a bien progressé, est clairement plus à l'aise dans le petit temps et le médium où l'équipage se situe au dessus du milieu de tableau et les manœuvres commencent à mieux tourner… Surtout depuis qu'ils ont définitivement décidé de parler français à bord !

Le scénario est parfaitement rodé, on passe un bon moment. Alors Bruno reprend la main… pour parler argent ! Car oui, on est aussi venus pour ça. Pour savoir si oui ou non, les Peyron ont enfin décroché l'indispensable budget pour lancer la construction d'un AC72 et être présents à San Francisco au printemps 2013. On se doute que ce n'est pas gagné. «Pour l'instant, l'équipe peut envisager la prochaine échéance à San Diego avec les AC45 – du 12 au 20 novembre – ainsi que l'année 2012, grâce notamment au soutien de l'horloger Corum, qui revient dans la voile après avoir soutenu l'équipe de France Admiral's Cup dans les années 90», explique Bruno. Mais pour la Coupe proprement dite ? «Nous nous donnons jusqu'à fin février 2012» répond-t-il. Puis il ajoute : «Nous sommes en contact étroit avec cinq grands groupes pour finaliser le partenaire titre… Et lorsqu'on voit ce que Groupama investit dans la Volvo Ocean Race (17 millions d'euros par an, ndr), on sait que c'est possible.» Oui, mais quel est le budget de la Coupe ?  «Il faut raisonnablement compter autour de 50 millions ! C'est celui de Team New Zealand et on a vu ce qu'ils font. Ce sont des modèles !»

Energy Team Corum dans la brise à Plymouth ! Energy Team Corum dans la brise à Plymouth ! Les Français avouent que pour le moment, ils sont plus à l"aise dans le petit temps et le médium. Mais les progrès sont évidents !Photo @ G.M Gilles Martin-Raget ACEAAlors, lorsqu'on demande pourquoi il y a trois projets français et s’il ne serait pas possible de s'entendre et de s'associer, la réponse de Bruno fuse : «C'est over !» Depuis toujours, Bruno adore mettre de l'anglais dans son français. Philippe Court, un peu embarrassé, acquiesce : «On a tenté de faire quelques chose, mais c'était trop tard !» Personne n'en croit un mot ! Et Bruno, pas loin d’être agacé, répète : «C'est over !»  Alors on a compris : il n'y aura pas de défi français unique, composé des frères Peyron, de Bertrand Pacé, d’Alain Gautier… voir même de Stéphane Kandler et de Jochen Schümann. Circulez !

Et Bruno, toujours lui, de continuer de noyer le poisson. Il insiste à nouveau sur «cette réalité de la Coupe new look – plus forte que l'image virtuelle présentée au départ – et le produit télévisuel exceptionnel, donc rassurant.» Le double vainqueur du Jules Verne et le créateur de The Race est blindé pour ce qui est de la quête de partenaires. Il n'a plus de doute, manie l'arrogance avec aisance quand il évoque les deux autres défis français en lice et semble plus que jamais satisfait «d'avoir pu prendre le train en marche alors que d'autres l'ont regardé passer !»

Passons donc à l'AC 72. Le règlement s'est allégé, et pour cause : à ce jour, seules trois équipes – Oracle, Team New Zealand et Artemis – sont sûres d'y aller. Et cela semble plutôt bien engagé pour les Chinois et les Coréens. «D'un point de vue technique, on y voit plus clair», explique encore Bruno. «Pour le grand bateau, on optera pour le "design pack" proposé par l'organisation et dessiné par VPLP. A nous d'optimiser l'ensemble avec notre propre design team. Le chantier Multiplast est réservé.» Il conclut : «De toute façon, le règlement impose de ne pas mettre à l'eau avant le 1er juillet 2012 et de ne pas naviguer plus de trente jours jusqu'au 1er janvier 2013.» Bref, ils sont encore dans les temps, mais auront au mieux un très bon monotype.

Résumons donc. Une chose est sûre, les Peyron ne lâchent rien… Mais n'ont pas encore signé ! Loïck va laisser la barre à Yann Guichard en AC45 durant les mois qui viennent et, sans nul doute, lire avec grand intérêt les e-mails de son frère qui arriveront à bord de Banque Pop V. L’heure tourne, l'attaché de presse consulte sa montre. Il faut lever la séance, répondre aux interviewes de Canal + et Europe 1, puis filer dare-dare au JT de 13 heures !

De mon côté, j’ose un pronostic. Je vois bien les Peyron sur la ligne de départ le 14 juillet 2013, dans la baie de San Francisco, jour de la première régate de la 34e Coupe de l'America, que tous les observateurs avisés annoncent déjà comme la révolution !

...........
Rendez-vous mi novembre, dans le n°490 de Voiles et Voiliers, pour retrouver notre dossier spécial sur les AC45, signé Gilles Martin-Raget.

En complément

  1. 12/10/2011 - 10:53 AC45 – Energy Team : Peyron recrute des équipiers Les frères Peyron organisent une semaine d’entraînement au match-race, du 17 au 21 octobre prochains, à l’ENV de Quiberon… sur des multi monotypes de 25 pieds. L’objectif est pour eux de trouver de nouveaux (jeunes) équipiers, fortiches en multi et/ou en match-race, en vue de la prochaine épreuve des America’s Cup World Series qui se disputera à San Diego dans un mois, et à terme pour intégrer l’équipe des 15 navigants d’Energy Team.
  2. 06/09/2011 - 18:25 Loïck Peyron met le paquet à Plymouth La seconde étape du nouveau circuit des AC 45 (America's Cup World Series) aura lieu à Plymouth du 10 au 18 septembre 2011. Après une décevante place de 6ème (sur 9) à Cascaïs, Loïck Peyron et son Energy Team sont bien décidés à faire mieux face à des adversaires qui ont 6 mois d'avance sur eux. Pour cela, une seule solution : un entraînement intensif pour combler le retard. Explications en vidéos de Loïck Peyron.
  3. du beau spectacle  16/08/2011 - 01:30 America’s Cup World Series – Cascais Team New Zealand la référence, Energy Team la bonne surprise Le premier America's Cup World Series (ACWS) vient de s'achever au Portugal par la victoire finale de Team New Zealand. Malgré des entraînements très limités, les deux équipes françaises engagées n'ont pas démérité, notamment Energy Team de Loïck Peyron qui s'est immiscé plusieurs fois parmi les cadors. Bilan de cette première épreuve préliminaire à la 34e Coupe de l'America qui se disputera dans deux ans à San Francisco.